Stéphanie Bouele's story

(Translated English version below)

« Je suis partie au Kenya en octobre 2011 et je suis littéralement tombée amoureuse de ce pays. J'ai pu réaliser mon rêve en découvrant ce magnifique pays avec ses savanes, ses animaux, mais aussi ses habitants, ses coutumes et ses cultures.

Malheureusement en rentrant chez moi à Genève, j'ai du être hospitalisée une dizaine de jours car j'avais contracté la Malaria. Cette "expérience" m'a vraiment fait prendre conscience de la chance que nous avons ici de pouvoir être soignés à temps et correctement. En effet, les symptômes ont été très violents (perte totale d'appétit, fortes fièvres, convulsions, vomissements, ...) et sans l'hospitalisation en urgence avec ses médecins et ses médicaments je ne sais pas comment cela aurait évolué...

C'est pourquoi, lorsque j'ai été rétablie j'ai eu la réelle envie et le besoin d'aider les habitants de ce continent qui eux n'ont pas cette chance… Malgré le fait que je n'ai pas des moyens exceptionnels, je souhaitais participer comme je le pouvais au développement de la lutte contre cette maladie.

En faisant des recherches sur Internet je suis tombée sur l'organisation MMV. Je recherchais spécifiquement une organisation qui participait à la distribution des médicaments aux populations les plus pauvres et les plus isolées, mais aussi qui se préoccupait de faire de la prévention dans ces pays. J'ai donc contacté les personnes responsables afin de savoir comment je pouvais les aider dans leurs démarches qui me tiennent à coeur.»


"I went to Kenya in October 2011 and I literally fell in love with this country. It was a dream come true to discover this beautiful country with its savannas, its animals, its people, its customs and cultures.
 
Unfortunately when I came home to Geneva, I had to be hospitalized for ten days because I had Malaria. This experience made me realize how lucky we are here to be treated quickly and with the right medicine. My symptoms were very severe (complete loss of appetite, high fever, convulsions, vomiting, ...) and without emergency hospitalization, the doctors that I had and the medicines that I received, I'm not sure how things might have turned out.
 
That's why, when I recovered I had a real desire and need to help the people of this continent that are not so lucky. Even though I don't have great financial means, I wanted to participate in the fight against malaria.
 
By researching on the internet I came across MMV. I was looking specifically for an organization involved in the distribution of drugs to the poorest and most isolated countries, but that also focused on prevention in these countries. So I contacted the MMV to find out how I could help them in their efforts, which are very close to my heart."