Faire progresser la science de l’éradication

Le développement de nouveaux traitements visant à éradiquer le paludisme (SERCaP ou SEC) devra associer au moins deux molécules actives. MMV a défini cinq profils souhaités pour ces candidats médicaments, basés sur les différentes caractéristiques cliniques requises pour la SERCaP ou la SEC.

Pour identifier les molécules répondants aux profils cibles des médicaments de nouvelle génération visant à éradiquer le paludisme, l’équipe en charge de la découverte de médicaments chez MMV travaille avec son réseau grandissant de partenaires sur le criblage de composés actifs sur différents stades du cycle de vie du parasite.

Afin de compléter les tests actuels ciblant le stade sanguin de la maladie (destinés à identifier des composés capables de traiter les crises de paludisme clinique), MMV et ses partenaires ont développé de nouveaux tests pour identifier des composés actifs sur d’autres stades du cycle de vie des parasites. Ainsi, en 2014 et 2015, des tests à haut débit sur les stades hépatiques (destinés à étudier la capacité de chimioprotection) et les stades de gamétocytes (destinés à étudier la capacité de blocage de la transmission), ainsi que des tests sur les stades hépatiques de Plasmodium vivax (destinés à étudier l’activité de prévention des rechutes) ont été mis au point.

Les composés actifs qui remplissent les critères requis passent ensuite au cycle de ‘fabrication–test’. Ils sont alors synthétisés et testés plusieurs fois afin de déterminer s’ils pourraient devenir des candidats médicaments, et justifier ainsi la poursuite de leur développement.

Entre 2010 et 2015, 17 candidats médicaments sont arrivés au stade de développement préclinique. Chacun de ces candidats actifs pourrait potentiellement faire partie d’un traitement de nouvelle génération pour éradiquer le paludisme.